ECOLE DOCTORALE & RECHERCHES



Projet 1 : Analyse et création de modèle régional d’enseignement de Mathématiques-Informatique et leurs interactions au Lycée.

Contexte

Suite aux Objectifs Millénaires pour le Développement (OMD), il a été adopté ensuite par 193 pays, les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unis. Parmi eux, nous nous intéressons plus particulièrement à l’ODD 4 « Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ». Pour atteindre cet objectif, il a été convenu d’augmenter considérablement à l’échelle mondiale le nombre de bourses d’études offertes aux pays en développement, en particulier aux pays les moins avancés, aux petits Etats insulaires en développement et aux pays d’Afrique, pour financer le suivi d’études supérieures en général et la recherche en particulier. De plus, il faut accroître considérablement le nombre d’enseignants qualifiés, notamment au moyen de la coopération internationale pour la formation d’enseignants et la recherche en éducation, dans les pays en développement, surtout dans les pays les moins avancés et les petits Etats insulaires en Développement d’ici à 2030 [1]. Cela a été déjà discuté lors de la 47ème Conférence internationale de l’éducation de l’UNESCO sur l’Education de Qualité pour Tous les Jeunes (EQPTJ), à Genève, en 2004. L’une des composantes de l’EQPTJ s’articulait autour du rôle clé des enseignants (atelier 4). Un des points saillants de cet atelier mettait en avant, la formation initiale et continue ainsi que l’accompagnement et le soutien des enseignants doivent être pris en compte par les responsables nationaux et locaux. Ceci est étayé par une vision partagée de Khaled Toukan, Ministre de l’éducation de Jordanie de l’époque, qui affirmait «Je pense que les enseignants sont les piliers de la réforme parce qu’ils sont ceux qui vont porter la nouvelle philosophie, la nouvelle approche et nouvelle pédagogie d’apprentissage en classe»[2].

Sur le plan national, Madagascar se lance depuis 2008, dans une reforme globale du système éducatif et bascule effectivement dans le système LMD à partir de l’année 2014 pour la modernisation et l’internationalisation de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Entre temps, des diagnostics ont été faits, et on a constaté le déficit en capital humain (~500 étudiants pour 100 000 habitants), un manque d’articulation entre les sous-secteurs de l’éducation pour développer la formation tout au long de la vie (au baccalauréat, un déséquilibre entre les séries avec une forte prépondérance des bacheliers littéraires, en particulier dans l’option A2, et une très faible taux en série scientifique), une faible efficacité aggravée par l’absence de mesures de lutte contre l’échec et une attention particulière à porter sur la qualité (la population estudiantine a cru plus vite que la population enseignante : le niveau d’encadrement est de 44 étudiants/enseignant)[3].

A l’Université d’Antsiranana, l’Ecole Normale Supérieure pour l’Enseignement Technique (ENSET) est chargée d’assurer la formation initiale des enseignants du secondaire (collège et lycée), la formation des encadreurs de l’éducation, le perfectionnement et le recyclage des enseignants et encadreurs du secondaire et surtout et essentiellement la recherche en matière d’enseignement et d’éducation. L’Ecole n’a que 22 enseignants permanents tout grade confondu pour assurer les 4 mentions de l’Education, apprentissage, didactique et ingénierie en Mathématiques-Informatique, Mécanique, Energétique et Génie Civil, constitués en 10 parcours jusqu’en master pour 900 étudiants (41 étudiants/enseignant). Parmi eux, neuf (9) Maîtres de Conférences, dont 2 seulement, ont la spécialité en didactique des Mathématiques et de l’Informatique. Un seul Professeur Titulaire HDR (Habilité à Diriger des Recherches), et aussi en maintien en activités (plus de 60 ans), assure la formation des relèves de l’Ecole. L’augmentation du nombre d’enseignants qualifiés (docteurs) pour garantir la qualité de l’enseignement est absolument difficile à croire, si l’Ecole n’a pas suffisamment  d’Enseignants Habilités à Diriger des Recherches.

L’Institut de Recherche sur l’Enseignement de Mathématiques et de l’Informatique (IREMI-Madagascar) a été créé, et a son siège à l’Université d’Antsiranana au sein de la mention Education-Apprentissage-Didactique et Ingénierie en Mathématiques et Informatiques de l’ENSET. La collaboration entre le laboratoire LIM de l’Université de La Réunion et le laboratoire de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques et de l’Informatique et en Mathématiques (Labo-REMIM) de l’ENSET - Université d’Antsiranana est de longue date et il est judicieux de donner toujours souffle à cette occasion de mettre en place conjointement des projets de recherches pour la promotion des enseignants en vue de l’obtention de leur HDR et aussi pour les doctorants des deux institutions afin de pouvoir amorcer, réaliser et opérationnaliser le modèle régional d’enseignement en Mathématiques et Informatique et leurs interactions. Le projet de recherche Post-Doc de Dr H. F. Rakotomalala détaillé ci-dessous entre dans cette perspective.

[1] Les 17 objectifs de développement durable et leurs 169 cibles   https://www.globalcompact-france.org/images/un_global_compact/page_odd/Liste_des_17_ODD_et_169_cibles_-_web.pdf

[2] Une  éducation de qualité pour tous les jeunes – Réflexions et contributions issues de la 47e Conférence internationale de l'éducation de l'UNESCOGenève, 8-11 septembre 2004, pages-115-116 – UNESCO. http://www.ibe.unesco.org/fileadmin/user_upload/archive/Publications/free_publications/educ_qualite_fr.pdf

[3] Plan Sectoriel de l’Education ‘PSE 2018-2022 de Madagascar: «Pour un éducation de qualité pour tous, garantie du développement durable», 2018.

TITRE : Analyse et création de modèle régional d’enseignement de Mathématiques-Informatique et leurs interactions au Lycée.

Dans le projet de création des trois sites pilotes d’Institut de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques et de l’Informatique (IREMI) de Madagascar a été évoqué que les mathématiques concourent de façon importante à la formation intellectuelle, sociale et culturelle de l’individu. De plus, par rapport à la science informatique, il est acquis que «penser une éducation de qualité pour tous aujourd’hui ne peut se faire sans prendre en compte la dimension technologique ». Aussi s’avère-t-il indispensable de  relier cette question de technologie à celle des ressources pour l’enseignement-apprentissage.

Outre, le fait de constater la désaffection croissante et flagrante des mathématiques par les jeunes lycéens de Madagascar depuis 2002 entraîne d’ici peu l’insuffisance et même l’inexistence des enseignants des mathématiques et de l’informatique.  Ainsi, on est obligé de faire appel à des compétences régionales pour remédier à cela. Il s’avère d’anticiper la situation en créant un modèle régional d’enseignement en Mathématiques – Informatique et leurs interactions.

Face à la mondialisation et la globalisation, une recherche approfondie sur le thème didactique des Mathématiques - Informatique et leurs interactions au niveau régional s’impose afin de répondre les besoins actuels d’enseignement et d’apprentissage des mathématiques et de l’informatique. Les axes de recherche se focalisent sur l’approche épistémologique (élaboration didactique) et psychologique (appropriation didactique) en observant et analysant l’approche pédagogique adoptée dans chaque enseignement de la région (sud-ouest de l’Océan Indien).

OBJECTIFS GLOBAUX:

Assurer la mise en place d’un modèle commun pour l’enseignement de Mathématiques et de l’Informatique de qualité, à travers la promotion des enseignants chercheurs et des jeunes scientifiques de la région par la recherche.

Objectifs spécifiques :

  • Améliorer la qualité de l’enseignement de Mathématiques et de l’Informatique à travers la promotion et le soutien des chercheurs pour assurer leur relève;
  • Augmenter le taux de réussite des jeunes doctorants mathématiciens, informaticiens et didacticiens de la région.

MÉTHODOLOGIE :

Des expérimentations en classe et hors classe sur l’enseignement des Mathématiques et de l’informatique aux lycées et aux universités (La Réunion – Madagascar) vont être menées dans un premier temps et les résultats de ces expérimentations vont être analysées avec le logiciel d’analyse de données CHIC-MGK afin de pouvoir créer des modèles adaptés à l’apprentissage des Mathématiques-Informatique régional, de formuler des concepts de base communs, etc.